Archives pour la catégorie Le capteur de reves

Capteur de reves

CAPTEUR DE REVES

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Il semblerait que le capteur de rêves trouve son origine chez les indiens Ojibway et Chippewa. Les indiens suspendaient un capteur de rêves au berceau des enfants pour retenir dans ses fils tout ce qui pouvait être mauvais, tout comme la toile de l’araignée retient tout ce qui entre en contact avec elle.

Capteur de reves dans Le capteur de reves zonmaansterrenmaanfq5

Voici donc la légende du capteur de rêves: 
C’est l’histoire de Asibikaashi (l’ araignée) qui aida Wanabozhoo à ramener Güzis (le Soleil) à son peuple. Asibikaashi construisait sa toile chaque nuit avant l’aube de façon à pouvoir capturer les premiers rayons du soleil. Si vous êtes debout à l’aube, regardez sa toile et vous verrez les rayons du soleil scintillant sur la rosée du matin. Asibikaashi prenait aussi soin des enfants des hommes, tissant sa toile pour les protéger des mauvais rêves comme elle le fait encore aujourd’hui.

zonmaansterrenmaanfq5 dans Le capteur de reves

 Quand le peuple Ojibway se dispersera, Asibikaashi eut beaucoup de mal à tisser sa toile au-dessus de tous les berceaux, alors mères, soeurs et grands-mères apprirent elles aussi à tisser des toiles magiques pour protéger leurs enfants.. Elles confectionnèrent les cerceaux avec des baguettes de saule rouge et utilisèrent du tendon de cerf pour tisser la toile. Les capteurs de rêves avaient toujours une forme ronde qui représentait Güzis, le soleil. Sa toile pouvait retenir les cauchemars (ou bawedjigewin) ne laissant passer que les rêves. Vous remarquerez qu’il y a un petit trou au centre de la toile car c’est par là que les bons rêves passent.

zonmaansterrenmaanfq5

Les cauchemars quant à eux restent accrochés à la toile et disparaissent avec les premiers rayons du soleil. Les capteurs de rêves avaient alors 8 points de contact avec le cerceau en référence aux 8 pattes de l’araignée. Traditionnellement aussi, on place une petite plume pour que celle-ci bouge dans l’air. Un bébé qui peut observer la danse de cette plume apprendra ainsi les mouvements de l’air.
Si jamais vous rencontrez Asibikaashi, l’araignée, n’en ayez pas peur, au contraire protégez et respectez ce petit insecte

zonmaansterrenmaanfq5

Légendes du capteur de reves

Légendes

loup054122049946537art.gif

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gif

Plusieurs histoires amérindiennes sont associées à la toile de l’araignée de nuit. Cette toile est visible à l’aube et elle disparaît quand le soleil est levé. Le capteur de rêves doit être suspendu au-dessus du lit de l’enfant.

Il attrape tous les rêves, les bons et les mauvais. Les mauvais rêves se prennent dans la toile et sont détruits par les premiers rayons du soleil. Les beaux rêves trouvent leur chemin au centre de la toile et de là, ils entrent dans la vie du rêveur pour le guider.

Le capteur de rêves peut être gardé toute la vie et peut être décoré avec des choses appartenant au rêveur. Le capteur de rêves est aussi un porte-bonheur.

 

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gif

 

Légende du Capteur de rêves

loup054122056471271art.gif

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gif

Par une belle journée de printemps, un chasseur indien nommé Eau rapide partit chercher de la viande pour sa tribu qui avait faim. En se promenant dans la forêt, il découvrit une clairière qu’il n’avait jamais vue auparavant. Il rencontra un vieux monsieur aux apparences d’un chaman et lui dit: « Que veulent dire les signes dans le sable? »

 Le vieillard lui dit: « Ce sont des signes aux pouvoirs magiques, ils me serviront à conquérir la planète! Je t’avertis, si tu touches à un seul de ces dessins, tu seras poursuivi par une terrible malédiction. » Eau Rapide, terrifié, effaça les signaux et s’enfuit en courant le plus loin possible. Rendu à une très grande distance, il se remit à chasser.

Le soir même, le guerrier fit un épouvantable mauvais rêve; ce cauchemar se répétait tous les soirs. Puisqu’il n’arrivait plus à dormir, il ne pouvait plus aller à la chasse. Alors, il dut trouver solution à son problème. Le chaman de sa tribu avait eu beau préparer des potions à base de plantes, faites des envoûtements et des invocations, mais rien ne fonctionnait. Puis un jour,alors qu’ il essayait de chasser avec les forces qui lui restaient, il rencontra Mère Araignée. Eau Rapide, surpris, demanda à la déesse: « Connaissez-vous un moyen pour me guérir de tous ces cauchemars? »

Mère Araignée lui répondit: « Oui, c’est pour cela que je suis ici! Va me chercher une branche de frêne et tords-la pour en faire un cercle. Ensuite,donne-moi le cercle. » Dame Araignée se mit à tisser une toile puis à la décorer de plumes et de perles. Quand elle eut fini, elle lui dit: « Accroche ce capteur de rêves sur le bord de ta fenêtre, il filtrera les beaux rêves des cauchemars, les mauvais rêves s’évaporeront à la chaleur du soleil. Les rêves resteront emprisonnés dans les perles. Chaque nuit, un rêve sera relâché pour que tu puisses le rêver. »

Le chasseur remercia la déesse puis retourna chez lui. Sur le chemin du retour, il chassa trois perdrix et un chevreuil, de quoi nourrir toute la tribu. Sa femme l’accueilla les bras ouverts et lui dit: « Va te coucher mon chéri, tu dois être mort de fatigue. » Ce qu’il fit très rapidement. Depuis ce temps, cette tradition se transmet de génération en génération!

Origine du capteur de rêves

 Le capteur de rêves

Origine du capteur de rêves dans Le capteur de reves 642tvrexm8lwmz7bb95c

Origine du capteur de rêves

o36sowwj dans Le capteur de reves

 

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gif

Dans la tradition orale du peuple Ojibwé, le raconteur vous dira qu’autrefois tous les clans étaient situés dans un endroit très vaste nommé Turtle Island (le Monde) et chaque matin, Asibikaashi, la femme-araignée, construisait sa hutte spéciale avant l’aurore et aidait Wanabozhoo à ramener giizis (le soleil) à son peuple.

Si vous êtes levé avant l’aurore, cherchez la petite hutte et vous verrez le miracle de la capture du soleil alors que la lumière étincelle sur la rosée.

Asibikaashi prenait bien soin de ses enfants, mais quand le peuple Ojibwé s’est dispersé aux quatre coins de l’Amérique du Nord, selon la prophétie annoncée, Asibikaashi avait de la difficulté à faire le trajet vers tous les berceaux.

loup054122056512755_art

Alors les mères, les soeurs et les Nokomis (grands-mères)commencèrent à tresser les toiles magiques pour les nouveau-nés en utilisant des cercles de branches de saule et des nerfs ou du cordage faits à base de plantes. La forme du cercle représente comment giizis traverse chaque jour à travers le ciel.

Le cepteur de rêves filtrera tous les mauvais bawedjigewin (rêves)et laissera passer seulement les bonnes pensées lorsque nous ne sommes que des abinooji. Vous verrez un trou au centre du capteur de rêves où les bons bawadjige peuvent passer.

Aux premiers rayons du soleil, les mauvais rêves prisonniers de la toile seront détruits.

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gif

Quand nous voyons la petite asibikaashi, nous ne devrions pas la craindre mais au contraire la respecter et la protéger. En honneur de leur origine, les points où la toile se connecte au cercle sont soit de 8 pour les huit pattes de la Femme-Araignée ou 7 pour les 7 prophéties.

La tradition veut qu’une plume soit placée au centre du capteur de rêves. Elle signifie le souffle ou l’air, essentiels à la vie. Un bébé qui regarde l’air jouer avec la plume au-dessus de son berceau s’amuse tout en apprenant que l’air est important à la vie.

Les peuples Amérindiens sont en général très stricts concernant l’identité et les rôles de chaque sexe. La plume du hibou est gardée pour la sagesse (plume féminine) alors que la plume d’aigle représente le courage (plume masculine).

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gif

L’usage de ces plumes, provenant des oiseaux sacrés de la Nation, a été aboli lorsque les capteurs de rêves ont été vendus dans le commerce. Les plumes ont maintenant été remplacées par des pierres, comme il se faisait

dans les Nations de l’Ouest Américain et elles représentent les points cardinaux. Les capteurs de rêves faits pour les adultes n’ont jamais de plumes.

Les capteurs de rêves faits d’une branche de saule et de nerfs sont pour les enfants et ne sont pas conçus pour être permanents.

loup054122056444661_art

Éventuellement, le saule sèche et la tension sur les nerfs cassera l’attrapeur de rêves. C’est supposé arriver ainsi. Cela reflète la jeunesse, quelque chose qui doit être mais qui doit aussi s’achever.

Les capteurs de rêves pour adultes sont faits de fibres pour  refléter des rêves plus adultes.

Dans plusieurs régions du Canada et du nord des États-Unis, la forme est plutôt la larme, pourreprésenter la raquette (mode de locomotion pédestre dans la neige épaisse).

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gifzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzaaaaaaaaapppppppppp.gif

perles de la pensée |
Les Galons d'Lucette |
DARK SIDES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Secrets de LalouMi
| BLOG-TROTTEURS / Les lycé...
| PHILOPARTAGE